CAP AVENTURE : Cabinet de conseil et de recrutement

06 18 48 49 30  contact@capaventure.pro

Rencontrer l’autre, rencontrer soi

Rencontrer l’autre, rencontrer soi

 

« Nul ne peut avoir de lien avec son prochain s’il ne l’a d’abord avec lui-même », disait Carl Gustave Jung. L’entreprise n’est pas un lieu de psychanalyse, mais la question du lien inter et intra personnel est fondamentale quand on sait que la capacité à gérer des situations complexes, à innover ou à surmonter les crises dépend intimement de la qualité des interactions entre les salariés. Or il n’est pas rare qu’au nom d’une vision tronquée de l’intérêt collectif de l’entreprise, les salariés soient plus ou moins implicitement invités à laisser au vestiaire leurs convictions et leurs émotions, comme si le « nous » passait par l’effacement du « je ». L’objet de ce billet est de défendre l’idée que le « nous » suppose l’affirmation du « je », ou précisément d’un certain « je ».

Le « je » n’est pas le « moi ».

« Le moi est haïssable », disait Blaise Pascal. Il ne s’agit évidemment pas de haïr sa personne. S’aimer permet la confiance nécessaire à l’autonomie, à la prise d’initiatives et au partage. C’est n’aimer que soi – sa petite personne – qui est problématique. Quand le « moi » occupe un espace débordant, il ne reste plus guère de place pour l’autre. Même si elles ne sont pas les seules, les personnes bénéficiant d’une position hiérarchique sont davantage en proie au risque d’égotisme, le statut pouvant donner un sentiment de supériorité….
Source: RH Info

 
Comments

No comments yet.