CAP AVENTURE : Cabinet de conseil et de recrutement

06 18 48 49 30  contact@capaventure.pro

Le futur n’a aucun avenir…

Le futur n’a aucun avenir…

 

Est-ce un « fait social total », comme se le demanderait le grand ethnologue Marcel Mauss qui porta ce concept sur les fonts baptismaux, au début du siècle dernier ?

Une révolution sémantique sans précédent qui engage le destin de l’espèce ?

L’observateur avisé de nos folies ordinaires que nous tentons d’être, humblement, l’a bien noté : dans les médias, sans exception, dans les classes du secondaire où le niveau reste furieusement primaire, au rayon frais de de Franprix ou même dans les salons policés, limitrophes de Saint-Germain des Prés, il n’est plus question d’avenir, mais de futur, comme si le premier vocable – porteur, pourtant, de tant de vastitude (si, si, ce mot existe et ne doit rien à un privilège royal…) – était désormais voué aux oubliettes. La question se pose donc d’emblée : s’agit-il d’un symptôme de plus de l’hégémonie anglo-saxonne, tant cet anglicisme conquérant est aujourd’hui dominant ou cela traduit-il une vogue encore plus importante qui ne tiendrait plus seulement à la forme, mais au fond ? On sait aujourd’hui que l’adverbe sans doute, spolié de son sens, ne veut désormais dire que… peut-être… et que l’avenir n’a plus bonne presse. « Sans doute » est-il trop infréquentable, parce que, produit de la volonté des hommes, il est par trop responsabilisant. Il a été délogé de son pinacle par le futur, sorte d’horizon vague qui échappe à tout pouvoir humain et s’impose à nous, cliniquement…
Source: RH Info

 
Comments

No comments yet.