CAP AVENTURE : Cabinet de conseil et de recrutement

06 18 48 49 30  contact@capaventure.pro

Mon manager est-il pervers ?

Mon manager est-il pervers ?

Cinq clés d’identification

Toute discussion avec lui est vaine. Lui, c’est le manager qui se complaît à nier la réalité des situations de travail. Socle fondateur de la perversion, le déni de réalité peut s’incarner dans cinq postures managériales : la séduction, la paradoxalité, le formalisme, l’irresponsabilité et l’inversion. Pour chacune de ces postures, cet article propose des exemples de comportements managériaux illustrant la logique de déni. L’objectif est d’aider les collaborateurs à identifier les situations de perversion managériale trop souvent subies dans la douleur ou la culpabilité. Il est aussi d’aider les managers à prendre conscience de leur possible dérive éthique. 

1 . La séduction

La séduction consiste à privilégier tout ce qui flatte l’image au détriment d’une considération du travail, des compétences mobilisées et des missions effectives au service de l’usager ou du client. 

Exemples de comportements de séduction :

Solliciter l’expression de rêves ou de réflexions personnelles (lors d’une réunion ou d’un séminaire de rentrée par exemple), mais sans être attentif aux propositions.
Utiliser des concepts positifs comme “synergie”, “mutualisation”, “innovation”… sans se préoccuper de leur déclinaison concrète.
Faire semblant d’être gentil et attentif aux autres, notamment en public.

2. La paradoxalité

La paradoxalité se traduit par une vision, des consignes et des réponses claires sur la forme, mais confuses et…
Source: RH Info

 
Comments

No comments yet.