CAP AVENTURE : Cabinet de conseil et de recrutement

06 18 48 49 30  contact@capaventure.pro

Blog

 

Pendant le mois d’août, nous publions à nouveau quelques-uns des textes les plus lus de l’année.

Qui ne connait la « tristesse du réveil » après les grandes intentions de début d’année, les belles résolutions de lancement de projet ou les emballées lyriques d’une manifestation de remobilisation collective ? Henri Michaux parle alors de « redescendre », quand « l’Homme retrouve sa défaite : le quotidien ». C’est aussi cette envie qu’il faut réussir à maintenir, cet allant de tous les jours qui s’épuise dans les labyrinthes bureaucratiques, qui s’érode dans les sourires que le collègue du bureau d’en face ne sait plus faire depuis bien longtemps, qui se dilue dans la paranoïa ridicule d’un manager trop affairé pour entendre la beauté du métier. Combien de bonnes âmes, engagées, mobilisées sourire aux lèvres, se sont asséchées au seul contact de ces acariâtres qui polluent les couloirs de leur mauvaise humeur ?

J’ai souvent cette image qui me revient, celle d’un collègue au début de ma carrière, qui, lorsque je lui adressais le traditionnel « ça va ? » du matin me répondait d’un « ça va ! » systématiquement mou, triste et avachi, avec une mine d’enterrement et les épaules aussi tombantes que les paupières qui entourent la fulgurance du regard d’un basset. Je ne sais même plus son nom, je ne me souviens plus que de cette seule image de lui : ses mots disaient « oui » quand…
Source: RH Info

 

Pendant le mois d’août, nous publions à nouveau quelques-uns des textes les plus lus de l’année.

Pas facile dans la société d’être en déviance par rapport aux règles, normes et habitudes. Il en va de même dans le monde des organisations. Pourtant, les impératifs d’innovation et d’adaptation aux aléas de l’activité nécessitent de surmonter en permanence les prescriptions inappropriées. Si l’instrumentation de gestion (procédures, indicateurs…) est nécessaire au développement de l’action collective, son dépassement l’est tout autant. Un regard plus positif sur la déviance s’impose.

Quand la déviance redonne à la fois du sens et de l’efficacité à l’action

S’il est confortable d’appliquer les normes sans se poser de questions, dévier c’est attirer l’attention, c’est devoir se justifier, c’est prendre le risque d’être contraint de faire marche arrière. La déviance éprouve ainsi les pires difficultés à sortir de la clandestinité. 

À titre d’illustration, dans l’hypermarché H, la plupart des managers de rayon exigent que les membres de leur équipe respectent la norme d’un début de travail à 3h du matin. Or, les employés sont persuadés qu’en commençant leur journée à 4h, ils pourraient atteindre leurs objectifs de remplissage des rayons dans de meilleures conditions. Bien qu’aucune convention collective ou accord d’entreprise n’ait prévu des horaires variables, une minorité de managers déviants acceptent – dans la discrétion – que le nombre d’…
Source: RH Info

 

Pendant le mois d’août, nous publions à nouveau quelques-uns des textes les plus lus de l’année.

Lors de l’embauche d’un salarié, l’employeur à une obligation importante pour formaliser la relation qui le lie avec le salarié, qui est de lui transmettre un contrat de travail en bonne et due forme.

Cependant, il est possible que la transmission du contrat ne se passe pas dans les meilleures conditions : l’employeur peut ne jamais écrire de contrat, le salarié peut avoir commencé le travail dans l’entreprise sans pour autant recevoir le contrat des mains de son employeur, mais le salarié  peut aussi refuser de signer le contrat de travail alors que son employeur lui intime de le faire et le lui a transmis. Il est même possible que le salarié, après avoir sondé le contrat de travail, décide de ne pas le signer et de quitter l’entreprise.

Que peut-il se passer dans de telles situations ?

I) La non transmission du contrat de travail de la part de l’employeur

La préparation et la rédaction du contrat de travail est une étape particulièrement importante et peut avoir des conséquences juridiques non négligeables. Tout simplement, faute d’écrit, le contrat de travail à durée déterminé (CDD) sera automatiquement requalifié de contrat à durée indéterminée (CDI) sans recours possible, en cas de demande du salarié auprès du conseil de prud’hommes  ( C. trav., art. L. 1242-12 ).

En effet, le CDI à temps…
Source: RH Info

 

Pendant le mois d’août, nous publions à nouveau quelques-uns des textes les plus lus de l’année.

Tout est intelligence artificielle et pourtant elle n’existe pas…

Nous sommes en l’an 62 de l’intelligence artificielle, et toute l’entreprise est occupée… Toute ? non ! une tribu d’irréductibles gaulois agitant code du travail, systèmes de paie en mode fromage corse, et syndicalistes à moustaches luttent encore et toujours contre l’envahisseur… Et la vie n’est pas facile pour les garnisons d’informaticiens et start-uppeurs des camps retranchés de Transformatum, Disruptum, Digitalum et Innovatum.

Plus sérieusement et sans chercher à dépeindre qui que ce soit comme d’irréductibles Gaulois, une période est généralement considérée comme le moment « 0 » de l’IA. La naissance de l’intelligence artificielle se situe entre le 18 Juin et le 16 Août 1956 lors d’une conférence regroupant nombre de spécialistes des mathématiques et « computers ». La nouvelle Bethléem est ainsi localisée à Dartmouth (New Hampshire) et Alan TURING est son prophète (Alan TURING a formulé des 1950 dans « Computing Machinery and Intelligence » les conditions pour définir si l’on est arrivé ou pas à une intelligence artificielle, l’ « Imitation Game » (si ce sujet vous intéresse, précipitez-vous sur : Non le test de Turing n’est pas passé, par Jean Paul DELAHAYE ainsi que sur le texte initial d’Alan TURING)

Encore…
Source: RH Info

 

Pendant le mois d’août, nous publions à nouveau quelques-uns des textes les plus lus de l’année.

Entre ses rôles de Human Partner et de Business Partner, le DRH est tiraillé entre des injonctions contradictoires. Et si la finance venait au secours des DRH ? 

Depuis plusieurs années les directions des ressources humaines tentent, le plus souvent vainement, de traduire leurs actions en chiffres pour mieux affirmer leur rôle stratégique. Or, en se cantonnant aux indicateurs purement quantitatifs, le DRH risque de perdre de vue l’essentiel : la dimension Human Partner de son métier.

Et si la réconciliation des deux aspects du métier venait d’une finance innovante ? 

La finance s’approprie les ressources humaines

De nombreux acteurs de la finance, notamment incités par de nouvelles législations, se sont appropriés les enjeux de RSE. Ils ont ainsi créé des modèles d’analyse intégrant  des données sociales et environnementales en plus des données financières pour orienter leurs choix d’investissement. On parle alors d’ISR (Investissement Socialement Responsable) ou de critères ESG (Environnement, Social et Gouvernance).

Cette dimension ESG a pris son essor depuis 15 ans environ. Les investisseurs se sont d’abord intéressés aux questions environnementales. La dimension sociale est plus récente et moins intuitive pour les investisseurs, peut-être justement parce qu’en dehors de la masse salariale, elle est moins quantifiable…
Source: RH Info

Revue du web 262 déconnexion, congés d'été, productivité

Pour la dernière revue du web avant la rentrée, cap sur les vacances. Certains ont la chance de partir, d’autres se reposent depuis chez eux. Une chose est sûre : la déconnexion est nécessaire pour tout le monde. C’est malheureusement plus facile à dire qu’à faire. Dans cette revue du web #262, nous remettons également […]
Source: Parlons RH

 

Pendant le mois d’août, nous publions à nouveau quelques uns des textes les plus lus de l’année écoulée.

Pour les historiens du défilé extrêmement réglé du 14 juillet, l’édition de 2018 restera dans les mémoires. En effet, aux yeux des autorités et du monde, deux incidents exceptionnels vinrent ternir le modèle de perfection que représente normalement cet exercice annuel. D’une part deux motocyclistes entrent en collision devant la tribune présidentielle lors d’un ballet très sophistiqué de motocyclettes ; d’autre part, un des avions de la patrouille de France rejette de la fumée rouge plutôt que bleue, cassant ainsi l’harmonie des couleurs de la bannière nationale. Précisons tout de suite que je ne connais rien à la situation ni aux protagonistes mais, comme tout un chacun, ces deux événements improbables me questionnent sur les comportements humains. Comment cela a-t-il pu se produire ? 

Quatre explications viennent immédiatement à l’esprit. La première, c’est errare humanum est[1] ; se tromper est humain, c’est le hasard, c’est normal que cela existe, c’est le destin. Même si un double couac médiatisé est fortement improbable, il peut toujours survenir, c’est la faute à « pas-de-chance » : circulez, il n’y a rien à voir !

La deuxième explication est d’attribuer à ces malencontreux incidents des causes individuelles : incompétence, fatigue, manque de conscience professionnelle ou d’engagement, etc. Une…
Source: RH Info

Période estivale : un ralentissement des recrutements mais de belles opportunités 

La période des départs en vacances est arrivée. Recruteurs et candidats doivent profiter de ce moment afin de préparer au mieux leurs entretiens. Malgré un ralentissement certain de l’activité, de nombreuses entreprises restent actives et cherchent à compléter leurs équipes en recrutant de nouveaux talents. 

Des recruteurs à la recherche de nouveaux talents 

En dépit d’un marché qui connait des difficultés d’embauche grandissantes et de nombreuses tensions, les recruteurs conservent une certaine dynamique pour dénicher des candidats. 

La cessation totale d’activité en été diminue d’année en année car cette période représente une réelle opportunité d’embauche. C’est pourquoi, le nombre de poste à pourvoir reste conséquent en comparaison avec le nombre de postulant.

Cette situation offre de réels avantages pour les personnes à l’écoute du marché du travail et leur permet de grandement se démarquer d’une concurrence beaucoup moins rude. Avec des recruteurs plus disponibles et à l’écoute, les candidats ont plus de chance de décrocher un entretien d’embauche. 

Des secteurs d’activité à l’écoute du marché

Les besoins en recrutement sont bel et bien présents dans de nombreux domaines d’activité qu’ils concernent des CDD, CDI ou de l’intérim. 

Près de 800 000 postessont à pourvoir chaque année d’ici 2022. Départs…
Source: RH Info

 

Pendant le mois d’août, nous publions à nouveau quelques-uns des textes les plus lus de l’année.

L’open-space, qui date des années 1950, s’est popularisé en Grande Bretagne et développé en France depuis ces 15 dernières années.

De la bonne idée… à la dérive

L’idée de ses concepteurs était noble au départ puisqu’ils désiraient rendre les locaux plus agréables et favoriser les relations sociales. L’objet en a été complétement dévoyé puisque l’open-space permet avant tout de gagner des mètres carrés de bureaux et donc de faire des économies. Les petits génies de la stratégie ont donc fait leur calcul et sont parvenus à identifier un gain financier important en réduisant parfois la superficie des locaux de 20 à 30%.

Là où les concepteurs pensaient rendre ces ilots plus conviviaux, avec des plantes vertes et un maximum de 10 personnes, on se retrouve avec de gigantesques plateaux de téléopérateurs, d’employés vite stressés par ces nouvelles conditions de travail.

Une avancée… vers un retour en arrière

Certains me diront que c’était “avant”, et que désormais nous sommes à l’ère de la working-place où tout est bien mieux agencé et pensé.

Une amie qui travaille dans la banque m’a fait penser le contraire par son récent témoignage : ils sont eux aussi passés en open space ; mais ce qui est génial c’est qu’ils ont aussi changé l’emplacement des toilettes, qui sont désormais visibles de tous ! Le manager, placé dans une position…
Source: RH Info

 

« L’entreprise doit « réapprendre (…) qu’il n’y a pas de créativité sans errance et sans erreur, sans futilité et sans rire, sans échange et sans partage, sans esthétique et sans doute, sans inutilité et sans gratuité… Et qu’il est tout aussi certain qu’il n’y a ni innovation, ni progrès, ni avenir, ni survie sans créativité. »1

Quinze ans après, je me souviens encore du misérable pédantisme de cette galeriste en vue, qui, après avoir feuilleté avec une nonchalance dédaigneuse un catalogue présentant plusieurs années de production, lançait avec le ton inspiré et distant approprié ce « vous devez avoir un problème avec vous même ! » … La précieuse ridicule à la critique profonde, incontestable spécialiste de la créativité et de l’humain, venait de faire réaliser un saut considérable à la psychanalyse ! C’est que l’imaginaire de ces gens-là est peuplé de ces représentations stéréotypées sur la « créativité des créatifs ». Car enfin, ils ont bien un avis aiguisé sur leur psychologie … ces êtres différents dont on dit : « c’est comme tous les artistes, il est feignant. (…) Hormis ceux qui ont réussi alors on dit: « vous avez dû travailler beaucoup pour en arriver là ». »2

La même rengaine irrigue malheureusement le discours managérial depuis que la créativité est de mode ! Fût un temps où l’on ne muselait que les créatifs, mais pas leur créativité. Les malins trouvaient alors toujours des solutions de contournement pour mettre leurs idées au service du bien commun…
Source: RH Info

Extrait d'infographie sur la formation

Avec la mise en application de la loi Avenir professionnel du 5 septembre 2018 depuis le début de cette année, l’univers de la formation a changé de visage en France. Face à ces nouveautés, quel est le ressenti des Français ? Se sentent-ils assez informés ? Ont-ils confiance en ce nouveau système ? Pour le […]
Source: Parlons RH