CAP AVENTURE : Cabinet de conseil et de recrutement

06 18 48 49 30  contact@capaventure.pro

All posts in Non classé

 

La nécessité de promouvoir la diversité en entreprise a ceci d’étonnant qu’elle apparaît comme une évidence aux yeux de certain·es là où d’autres n’y voient qu’une contrainte légale supplémentaire. L’entreprise contemporaine a pourtant de très bonnes raisons de s’y atteler bien au-delà des seules obligations de conformité auxquelles elle devrait se «soumettre». 

Dans cette perspective, l’analyse des travaux pro-diversité nous livre un premier prisme de lecture. Deux types d’arguments en faveur de la promotion de la diversité (Bruna, 2011) se dégagent en effet : d’une part, les arguments exogènes, comme ceux qui relèvent de l’obligation légale ou de l’exigence morale et, d’autre part, les arguments endogènes, essentiellement liés au développement ou à l’efficience de l’entreprise comme sa performance ou son potentiel d’innovation. 

Une dimension morale et un risque juridique

La première dimension est d’ordre moral. L’entreprise aurait ainsi un devoir « d’inclusion sociale » (Sabeg & Méhaignerie, 2004 ; Bébéar, 2004 ; Bruna, 2011) résultant de ce principe moral. Toutefois, en renvoyant à ce qui est bien ou mal – et donc à ce qui est acceptable ou non comme comportements de la part d’une entreprise – la dimension morale a deux particularités qu’il est difficile d’ignorer dans la pratique. La première relève de la capacité à poser une définition juste, claire, partagée et comprise de la diversité, faute de quoi la…
Source: RH Info

 

Pour ceux qui sortent du télétravail le masque est le nouvel objet collaboratif. Pour autant que la collaboration redevienne physique – elle le reviendra en grande partie – elle devient un jeu de masques. C’est une configuration étrange pour beaucoup mais pas pour ces professions déjà masquées dans le monde de la santé, des laboratoires pharmaceutiques, des industries de précision et autres fabriques alimentaires où l’hygiène et la propreté sont des exigences permanentes. 

Mais dans une majorité d’usines, de bureaux, d’open spaces, de magasins, le masque est inédit et change radicalement la pratique et l’expérience du travail, les relations entre les personnes et, évidemment, le management. Mieux même dans certaines activités comme le commerce (relation en ancien français), l’économie de l’expérience qui se joue dans la qualité des relations, le masque apparaîtra, les premiers temps, comme une incongruité, voire un facteur bloquant de l’activité.

A première vue, le port du masque va à l’encontre de ce qui était encore considéré comme un impératif managérial quelques semaines auparavant. Ces dernières années on a beaucoup vanté les mérites du management de proximité et voilà qu’est imposée la distanciation physique, renforcée par le port du masque. L’intelligence émotionnelle devait nous permettre de décrypter et orienter les comportements et voilà que le visage, ce « miroir des émotions », nous est caché. Et que dire du sort de la norme du…
Source: RH Info

 

Le télétravail s’installe définitivement dans nos entreprises. Qu’il soit souhaité ou contraint, il est désormais incontournable et définitif. Alors profitons-en pour en faire quelque chose d’intéressant pour toutes les parties.

Le télétravail comme mesure de déconfinement dans les entreprises

Il devient incontournable parce que le bon sens sanitaire l’impose, couplé au sens des responsabilités des entrepreneurs, et renforcé par le Protocole national de déconfinement pour les entreprises afin d’assurer la sécurité et la santé des salariés.

C’est une évidence pour nous tous aujourd’hui : nous allons organiser des roulements de présence dans nos locaux, ateliers, et bureaux. Des formes variées d’alternance bureau/télétravail vont s’installer pendant la période de déconfinement. Mais pas seulement : tant qu’il n’existe pas de vaccin pour se protéger du COVID-19, il n’est pas raisonnable de faire revenir la totalité de nos équipes dans nos locaux. Pas besoin de lois pour nous aider à comprendre cela et en tirer les conséquences dans nos organisations. Bien entendu, ce sera chose plus difficile pour les sites de production ou pour les commerces, par exemple, que pour les prestataires de service.

Le télétravail s’installe définitivement parce que nos collaborateurs le souhaitent. Il faudrait être sourd pour ne pas entendre les aspirations de nos équipes. Selon un sondage réalisé par la société DESKEO, 62% des personnes concernées par le télétravail…
Source: RH Info

 

Recherche d’emploi des « séniors », agilité et nouvelles technologies

Entendons-nous bien : c’est aux chercheurs d’emploi de + de 45 ans dont je fais partie que je m’adresse. Les lecteurs recruteurs sont les bienvenus, bien sûr. A mes « collègues de recherche » qui font de leur âge un point de victimisation. Qui se répandent sur les réseaux sociaux, et particulièrement sur Linkedin, pour attaquer le méchant système qui consisterait à les écarter, à les fouler du pied, à les mépriser. Pas un post sans qu’ils déplorent le « sénior bashing ». Enfin, pas tous, uniquement ceux qui ont apprivoisé les expressions du moment, pour les autres, c’est encore pire. Si je vous connaissais mieux, je vous dirais que vous êtes masochistes … et que vous êtes acteurs de votre mise sur la touche. Que parler sans cesse de votre âge, c’est l’exposer, non comme caractéristique, mais comme une tare, au détriment de vos talents. Bien sur, je comprends vos angoisses. Un peu moins la dramaturgie et la passivité. 

Comme le nez rouge d’un clown au milieu du visage

Et histoire d’enfoncer le clou, arrêtez de vous gausser d’avoir connu le minitel, ça fera avancer votre cause. Parce que je vous vois venir, vous pourriez pousser l’affaire jusqu’à citer le télégramme et le telex, et là, ça ferait très très sclérosé, car les plus jeunes ne connaissent même pas le nom de ces outils d’une autre époque… Enfin et afin de faire la transition, dernier…
Source: RH Info

 

Les ressources humaines sont au cœur de nos organisations. Les défis et enjeux RH sont nombreux et reflètent le nouveau monde du travail dans lequel les salariés sont en quête de sens dans leurs missions. Il devient d’autant plus important de trouver les bonnes stratégies et les moyens pour attirer de nouvelles recrues, retenir et fidéliser les meilleurs collaborateurs ainsi qu’accompagner leur développement.

Que ce soit pour le recrutement de talents, l’intégration de nouveaux collaborateurs, la formation ou la sensibilisation en entreprise, le jeu vous permet de moderniser votre expérience collaborateur.  

Qu’est-ce que la Gamification et son impact sur les leviers de motivation ? 

La gamification, ou ludification en français, est le recours au jeu et aux mécanismes du jeu à des fins autres que le divertissement. Appliquée au domaine des ressources humaines, la gamification n’aura donc pas pour but de simplement faire jouer les collaborateurs, mais de puiser dans le jeu pour trouver des leviers d’engagement et de motivation, afin d’améliorer l’expérience collaborateur. La gamification permet de rendre un processus plus attrayant, de transmettre un message de façon plus efficace, de réfléchir et trouver collectivement des solutions innovantes. 

De nombreux mécanismes peuvent être utilisés pour intégrer la gamification dans les ressources humaines et les différentes étapes de la vie en entreprise. Gamifier pour gamifier ne sera…
Source: RH Info

La gratification des salariés guide les performances commerciales

Comment la satisfaction des collaborateurs peut-elle révéler le potentiel d’une entreprise ? En matière de gratification des salariés, le célèbre homme d’affaires et ancien PDG de Campbell Soup Doug Conant a mis le doigt sur le problème : « Pour conquérir le marché, il faut tout d’abord conquérir le lieu de travail. »

La compréhension de ce qui est important aux yeux des collaborateurs et la mise en œuvre d’une stratégie de gratification solide peut être sources de succès dans les affaires. Lorsque nous parlons de gratification, nous pensons bien sûr au salaire, mais ce concept va bien au-delà. La gratification englobe l’ensemble des avantages pour le personnel qui, une fois réunis, créent un environnement de travail plus sain, plus heureux et plus productif. Le bien-être, la flexibilité, les soins médicaux, les avantages de la société, les congés et la transparence de l’employeur sont autant d’éléments dont l’impact est significatif sur la satisfaction des salariés, et de ce fait sur la réussite de l’employeur.

Ce qui est important pour eux devrait l’être pour vous

Pour conserver les meilleurs talents, les employeurs doivent comprendre ce dont les salariés ont besoin pour réussir dans leur vie personnelle et professionnelle. Qu’est-ce qui les inspire ? Par quoi se sentent-ils valorisés ? Qu’est-ce qui les motive à donner le meilleur d’eux et à se lever…
Source: RH Info

#24heuresRH : l’événement 100 % digital dédié à la fonction RH

Parlons RH et RH info s’associent pour vous proposer le 18 juin prochain « 24 heures RH », un événement digital exceptionnel dédié à 100 % aux RH. « La fonction RH d’aujourd’hui et de demain » en sera le fil rouge.

Plus que jamais, les professionnels RH sont sur le pont. Leur mission, leur légitimité et leur importance pendant le confinement, s’affirment encore plus aujourd’hui. Qu’en sera-t-il demain ?

La journée sera rythmée par 10 webinars animés par des DRH, des dirigeants et des acteurs majeurs du monde du management et de l’entreprise, de 9 heures à 18 heures :

9h-9h45 : En quoi la nouvelle perception du travail influence la motivation ?

avec Patrick BOUVARD, rédacteur en chef de RH info, et Sinthuya SIVARASAH, Consultante RH senior – Pôle Conseil RH chez ADP.
Ils présenteront les résultats d’une enquête sur le sens du travail et du collectif au lendemain de la crise du COVID-19 et illustreront leur propos par des exemples pratiques et concrets.

10h-10h45 : La gestion des carrières par mauvais temps : quels sont les impacts de la crise sur les attentes des collaborateurs ?

avec Delphine DOUETTEAU, responsable Talents et Développement chez ADP, et Nicolas SWIATEK, directeur des Relations publiques EMEA chez ADP.
Ils présenteront les résultats de l’enquête Workforce 2020 à propos du regard des salariés sur leur entreprise et ce qui devrait…
Source: RH Info

A cheval entre l’après de l’avant… et l’avant de l’après !

Article co-écrit avec Patrick Bouvard

Au carrefour de l’optimisme béat et de l’idéalisme opportun – voire du calcul politique –, nombreux sont ceux qui nous affirment aujourd’hui que le monde d’après la crise sanitaro-économique ne sera plus jamais comme avant ; que la raison, la générosité et l’écologie triomphante auront enfin mis à terre le grand Satan de la globalisation destructrice de la planète, avec les conséquences désastreuses dont nous venons de faire les frais. Fini le triomphe de la cupidité[1] ! Diable !

Comme si une crise pouvait changer la nature humaine !

A l’opposé, non moins nombreux sont ceux qui se plaisent à jouer les cassandres, nous affirmant que justement la nature humaine est congénitalement égoïste et qu’après des élans motivés par une pseudo-générosité sous contrainte et des prises de consciences surfaites, l’hydre ultralibéral aura tôt fait d’exploiter nos atavismes individuels et nos besoins grégaires pour repartir de plus belle vers le monde d’avant… et pourquoi pas en pire, d’ailleurs ?

Comme si l’Histoire ne nous avait pas déjà montré des changements avérés de Mondes. Comme si l’Homme n’était jamais capable de bien, de générosité et de gratuité.

I. Le monde d’avant… en meilleur ou en pire ?

Il est vrai que pour beaucoup d’observateurs et de professionnels RH, le “monde d’après” pourrait bien ressembler fortement au “monde d’avant…
Source: RH Info

L’expérience du travail confiné : réflexions pour le monde qui vient

En quelques jours nos repères habituels de travail ont été complètement bouleversés. Après une phase d’adaptation chacun a pu trouver, bon gré mal gré, un nouveau modus vivendi. Arrive ensuite la sortie de confinement avec de nouveaux repères à trouver et adapter. Cette expérience particulière de travail invite à s’interroger sur le travail lui-même et redécouvrir ce qu’il signifie pour nous. Cette prise de conscience constitue un point d’appui sur lequel construire la performance durable et solidaire de demain. 

Travailler, c’est bien plus que produire

Qu’est-ce à dire ? Tout d’abord, il y a la prise de conscience que le travail n’est pas seulement une activité de production. Certes quand nous pensons au travail, nous pensons en premier lieu à ce qui est produit car le travail objectif est visible et mesurable : il permet d’alimenter des tableaux de bord et piloter l’activité. 

Toutefois, le travail ne peut se résumer à la simple production. Un robot ou une machine produisent, ils ne travaillent pas. Ce sont les hommes et les femmes qui travaillent, le travail est spécifiquement humain. C’est le propre de l’homme, car pour l’homme, travailler est aussi se réaliser et se transformer soi-même. Or, le bouleversement des repères habituels de travail est l’occasion pour chacun d’éprouver et prendre conscience de la dimension subjective du travail. Cette prise de conscience a…
Source: RH Info

 

Je ne veux plus d’un monde d’humains, je veux un monde de vivants !

Trop souvent l’histoire a rapporté la conversion des déviants en dictateurs. Ceux que l’on pensait représenter l’espoir d’un peuple en difficulté, tels Staline ou Hitler, se sont très vite transformés en monstres sanguinaires, auto persuadés et persuadant ceux qui n’étaient pas de leur avis avec des méthodes musclées. Après la dernière guerre, l’économiste Keynes a mis en relief la facilité avec laquelle les humains oubliaient les tragédies. La crise sanitaire actuelle est une tragédie internationale qui a emporté avec elle dans le désastre les économies, les sociétés et le développement durable. On le sait, on le dit, rien ne peut plus être comme avant. Mais… qui l’assure ? Comment empêcher les humains de retourner à leurs vieilles chimères ? Et si on remplaçait une bonne fois pour toutes, la notion d’humain par celle de vivant ?

Le monde d’humains ne fait pas système sauf pour cause de mort imminente !

L’histoire et son épistémologie[1] nous apportent une leçon à méditer, les politiques signent de nombreux accords qu’ils ne respectent pas dans le temps. Le temps est devenu l’ennemi de la pérennité des accords. Le temps a aussi une autre connotation, celle du climat, de la déforestation, de l’éradication des espèces. Chaque pays en est conscient sans être en capacité (en volonté ?) de faire le ménage chez lui et d’imposer à ses acteurs économiques le…
Source: RH Info